Jour de la Terre : que s’est-il réellement passé en 2021 ?

journee terre

22 avril : Qu’est-ce que la Journée de la Terre ?

L’origine de l’événement 

Le 22 avril 1970 aux États-Unis, un sénateur américain du Wisconsin : Gaylord Nelson organise une grande manifestation pour l’environnement et pour réclamer sa prise en compte dans les politiques fédérales américaines. Grâce à cette action, plusieurs lois fondatrices ont été adoptées telles que la protection de l’air, de l’eau, des espèces menacées et cela a également permis la création de l’EPA : l’Agence de Protection de l’Environnement

Dès 1971, les Nations unies ont fait du 22 avril une date forte et c’est en 1990 que la journée de la Terre (ou Earth Day en anglais) devient un événement mondial, où environ 140 pays (dont la France) et 200 millions de personnes se sont mobilisés. 

Que devient cet événement aujourd’hui ?

Cette journée aujourd’hui prénommée “Journée mondiale de la Terre nourricière” est un événement phare pour l’écologie. C’est d’ailleurs le 22 avril 2016 que la signature de l’Accord de Paris contre le changement climatique a eu lieu. C’est probablement le plus grand défi et mission pour l’ avenir de l’Humanité et de notre Planète terre.

Aujourd’hui, la Journée de la Terre rassemble 193 pays et mobilise plus d’1 milliards de personnes, notamment grâce à Internet.

___

Cette année, avec les restrictions qu’impose la Covid, de nombreuses actions à distance sont proposées sur le site officiel de Earthday.org ainsi que sur le site francophone Jour de la terre.org. Vous pouvez alors vous engager à distance et participer à la journée de la Terre de chez vous.  

22 avril : Journée de la Terre

Journée de la Terre : comment va notre planète en 2021 ? 

 

À l’occasion de cette journée de la Terre, voici quelques informations importantes à retenir de ces derniers 365 jours :

La déforestation en forte augmentation 

En 2020, l’équivalent des Pays-Bas de forêts primaires humides a disparu. C’est 12% de plus qu’en 2019. Les causes sont principalement celles du commerce du bois, de l’agriculture ou encore des incendies dans la nature notamment .

Cependant, on peut noter l’initiative de certaines régions du monde qui luttent contre cette problématique en plantant des arbres dans le but notamment de réduire l’émission de CO2. Madagascar a par exemple planté plus de 1,2 millions d’arbres, des acacias, des eucalyptus et des arbres fruitiers qui pousseront alors dans les années à venir !  

À son échelle, la France a prévu un plan de stratégie contre la déforestation importée.

2020, l’année la plus chaude de l’Histoire 

Selon l’OMM, 2020 a été reconnue l’année la plus chaude depuis 2016. En effet, une température record de 54,4°C a été enregistrée le 16 août dernier dans la vallée de la Mort en Californie, c’est la troisième température la plus chaude jamais relevée sur Terre après des records remontant à 1913 et 1931.

Les fortes chaleurs restent une cause de mortalité directe chez une centaine de milliers de personnes et une lutte constante.

Cependant, on peut noter que les acteurs du développement urbain ont accéléré le mouvement de végétalisation des villes. C’est ainsi que 4 forêts urbaines sont en création à Paris.

Un bilan catastrophique de la pollution plastique

 Depuis le 22 avril 2020, aucune diminution de la pollution plastique a été soulignée. Aujourd’hui près de 400 millions de tonnes de plastiques sont produites chaque année avec 81 % de ces plastiques mis en circulation qui deviennent des déchets au bout d’un an. La création d’un 7ème continent composé exclusivement de plastique s’est alors développé depuis plusieurs années entre le Japon et les États-Unis sur pas moins de 1,5 millions de km². 

Le plastique est alors l’une des plus grosses problématiques environnementales dans le monde.  

COVID : impact positif ou négatif ? 

La pandémie que l’on connaît tous a eu un gros impact sur l’environnement. Tout d’abord, 2,4 milliards de tonnes équivalent CO2 ont été économisées depuis le début de la pandémie, un record depuis le début du XXème siècle. Il faudrait atteindre cette réduction chaque année pendant 10 ans pour accomplir les objectifs de l’accord de Paris. 

La Covid a également permis de reculer de 3 semaines le jour du dépassement. Date à laquelle l’humanité à consommer l’ensemble des ressources que la Planète peut générer en 1 an.

Mais attention ! Les chiffres risquent de rapidement augmenter avec la reprise des activités économiques et la “fin” de la pandémie

 

2021 et début 2022 : un bilan alarmant 

Les catastrophes climatiques ne cessent de se multiplier :

En janvier, la Turquie et la Grèce ont été recouvertes de neige pendant une période inhabituellement froide dans la région, provoquant l’évacuation de milliers de personnes. À la mi-janvier 2022, l’hémisphère sud a été confronté à une vague de chaleur extrême alors que des records de température ont été battus dans plusieurs villes d’Australie et d’Amérique du Sud 
De plus, le
changement climatique a rendu les précipitations extrêmes plus intenses lors de cinq tempêtes consécutives de janvier et février 2022 à Madagascar, au Malawi, au Mozambique et en Australie, selon une analyse d’attribution rapide réalisée par une équipe internationale renommée de climatologues.

Le changement climatique et les changements d’utilisation des terres devraient rendre les incendies incontrôlés plus fréquents et plus violents. Les experts prédisent une augmentation mondiale des incendies extrêmes pouvant atteindre 14 % d’ici en 2030, 30 % d’ici en 2050 et 50 % d’ici à la fin du siècle.

Ces informations nous montrent qu’il nous reste du chemin à faire pour sensibiliser davantage les citoyens et de la accompagner vers une transition écologique viable.

Quels messages à rappeler pendant la journée du 22 avril 2021 ? 

Nous rappelons ici quels messages importants de sensibilisation pouvons-nous répandre aujourd’hui. 

Communiquer autour de soi et ainsi continuer la sensibilisation des communautés

De nombreuses personnes ne sont pas encore assez renseignées et ne réalisent pas l’importance des enjeux environnementaux. Alors pour envisager une amélioration sur le long terme, l’une des choses les plus simples à faire : sensibiliser et communiquer autour de soi, les enfants, les adultes, les étudiants…

Aujourd’hui et grâce aux réseaux sociaux, défendre des causes et sensibiliser une population est devenu plus simple. Le partage en story sur Instagram, le retweet sur Twitter, le partage d’un article sur LinkedIn. Toutes ces choses peuvent paraître banales mais peuvent toucher et planter une graine dans la tête de ceux qui ne sont pas encore sensibles à ces problématiques.

Mieux consommer pour préserver l’environnement 

La Terre produit une quantité limitée de ressources chaque année. Comme expliqué précédemment chaque année ces ressources sont épuisées plusieurs mois avant la fin de l’année. Pourtant ce n’est pas si compliqué de mieux gérer sa consommation :

  • Éviter le gaspillage de nourriture en planifiant ses repas 
  • Consommer plus local pour réduire les émissions dû aux transports  
  • Manger moins de viande : pas besoin d’arrêter radicalement d’en manger mais d’établir 1 ou 2 jours sans viande dans la semaine. 
  • Changer ses produits à usage unique en plastique avec des produits réutilisables et non nocifs pour la planète : brosse à dents, pailles pour boisson sans plastique, cotons en papier, sac papier… 
  • Boire l’eau du robinet : boire de l’eau à la fois pour notre bien-être mais cela peut aussi réduire considérablement les déchets de bouteilles en plastiques.
  • Et bien sûr, trier ses déchets ! 

Quelques astuces faciles et que tout le monde peut mettre en pratique à son échelle !

Focus sur le 6e rapport d’évaluation de GIEC 

Il n’existe pas de Planète B ! Afin de maintenir la nature et de protéger la planète, il est nécessaire mettre en place des actions pour protéger au moins 30 % de la nature dans le monde entier. Les scientifiques affirment que le maintien de la résilience de la biodiversité et des services éco-systémiques est efficace dans environ 30 à 50 % des terres, de l’eau et des océans, y compris les écosystèmes. Les actions remonter dans le rapport :

  • Nécessité de la transition énergétique : Celles-ci incluent des réductions significatives de la consommation de combustibles fossiles,  une électrification généralisée, une efficacité énergétique accrue et l’utilisation de combustibles alternatifs comme l’hydrogène.

  • Développement durable : Selon le rapport publié le 4 avril 2022, les experts proposent des solutions en aidant les communautés à limiter les effets du changement climatique, par exemple, le développement des parcs, des pâturages et des zones humides peut être combiné avec le développement de l’agriculture urbaine pour réduire les risques d’inondations et atténuer les effets de l’îlot de chaleur. 

Adopter de bonnes actions et initiatives  

Voici une petite sélection de bonnes actions, mesures et d’initiative à suivre et soutenir pour le développement durable : 

  • Surfrider : une association à but non lucratif, chargée de la protection de l’environnement et de la mise en valeur des lacs, des rivières, de l’océan, des vagues et du littoral. Créée en 1990 par un groupe de surfeurs locaux. Elle regroupe aujourd’hui plus de 12 000 adhérents et agit sur 9 pays via ses antennes bénévoles. Cette ONG permet de sensibiliser les citoyens, Humains sur une prise de conscience collective pour préserver notre environnement commun.

  • Mes Rivages Propres : localisée sur la Côte d’Azur ou encore l’ACHEBA (l’association des commerces et des hôtels écologiques des îles Baléares) qui accompagnent des entreprises locales dans leur transition écologique.

  • RespectOcean : Réseau d’acteurs qui s’engagent pour un développement économique durable en faveur de l’océan

A l’occasion de la journée de la Terre, TMC a diffusé à partir du Mercredi 21 avril les 24h de la Terre : 24 heures non-stop sur les enjeux écologiques de notre époque où “Demain” : Documentaire réalisé par Cyril Dion et Mélanie Laurent est diffusé. Nous montre un point de vue optimiste en recensant des initiatives dans plusieurs pays face aux défis environnementaux et sociaux du 21è siècle. 

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N’hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.